<- CNRS 3, p. 678

CNRS 3, p. 679

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 680 Index des Cahiers

*

Compare.

la mémoire avec le maintien continué d'une idée

l'oubli et la chute immédiate d'une idée au zéro.

*

L'attention est l'état général nécessaire pour qu'une relation entre A et B puisse se former, au moyen de A et de B.

La logique primitive - faite pour assurer netteté uniformité des notations au delà du domaine figuré, et du domaine du simultané conscient - (myriagone)

*

L'odeur probable et la chaleur des autres, leur "chez soi" physique, le moi, le tiède d'autrui, l'enfantillage qui n'est pas le mien et lui ressemble comme lui-même .... rien n'est en propre à quelqu'un - ni ceci, ni idées.

drame type accommodation

instance

additivité significative

*

La mémoire à chaque instant réfrénée par le nouveau,

                          par le contenu

possibilité du nouveau.

*

La philosophie, la science, l'art, et la pratique surtout, ne retiennent de la conscience c'est-à-dire du réel que les états d'équilibre.

Toute connaissance se rattache à une figure d'équilibre et demande une élimination continuelle de tout ce qui ne peut entrer dans un tel système. Mais cette élimination est presque toujours apparente. (objectivation)

La pratique l'obtient à peu de frais.

Pluralité des équilibres possibles (significatifs).

Tout système de psychologie est mille fois trop simple et cent fois trop compliqué.

          *

La phonétique est un exemple frappant de relations rationnelles.

La métaphorique (si elle existait) en serait un très utile.

          *

Le temps n'est qu'une sensation de souffle suspendu et quand un corps se déplace j'associe son immobilité et celle du reste à mon effort de suspens. L'immobilité est un effort ou une absence - un déficit.

La variable indépendante


Date de création : 20-04-2003