<- CNRS 3, p. 677

CNRS 3, p. 678

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 679 Index des Cahiers

*

Mesurer revient à remplacer une grandeur par une autre de même espèce (unité) - et un nombre abstrait d'opérations - c'est-à-dire à remplacer la grandeur donnée par les éléments de sa construction.

Qu'est-ce qui distingue une droite, de sa partie - de sa moitié?

Qu'est-ce que la grandeur?

C'est la possibilité d'accommodation simple - (à une variable) de même espèce.

*

Notre pensée arrive bientôt à représenter assez exactement (à sa manière) les relations statiques des choses environnantes, les coïncidences, les extériorités et intériorités, les situations, les similitudes etc. Mais quant aux variations elle ne parvient à les construire que dans des cas très rares - et particuliers. Elle les subit et les trouve difficilement compatibles avec son changement et ce changement même d'elle-même lui échappe. Elle y répond par: surprise, ignorance reconnue, lacunes, rire et larmes, accusations d'absurdité, de cruauté contre les "choses".

"Causes", "Motifs" "continuité" moyens de représenter les variations.

*

La "vie" de l'esprit n'est pas rationnelle avec l'esprit, ni lui avec elle.

La variation d'une pensée s'oppose à la variation de la pensée.

...Observe maintenant que dans un songe, puisque les entrées de la conscience sont comme fermées, une pensée devrait varier plus purement, le rêve ressembler à l'attention, et ses éléments former dans la plus favorable condition une suite intelligible simple.

Cela n'est pas. Il y manque essentiellement - le modèle

Dans le rêve il n'y a pas "une" pensée.

.. Le monde de la vie de l'esprit ne ressemble à rien.


Date de création : 20-04-2003