<- CNRS 3, p. 676

CNRS 3, p. 677

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 678 Index des Cahiers

$

A propos d'algèbre

Toute proposition algébrique correcte a un sens - Pourquoi pas dans la langue?

Cf. S[téphane] M[allarmé] extension [des] propriétés [du] langage.

*

Le domaine où se meut la science est celui des habitudes de l'esprit - Pour un être vierge, pas de fait étonnant, pas de vue hardie, pas de progrès - pas d'unités préétablies dont la destruction et la division soient impressionnantes; pas de diversité dont la réunion et la réduction à l'un fasse l'effet d'une révélation, d'une conquête.

La science se meut par rapport à la vue pratique et acquise du monde. Ce même objet - tel à l'oeil un - tel autre sous la lentille - mais c'est le même et donc il y a accroissement de ma prétendue connaissance.

*

Le formel (ou un autre nom -) serait l'ensemble des propriétés successives continues  < à forme d'équation différentielle >.

Le significatif serait "hérédité" discontinuité etc. (cf. nombres naturels et nombres premiers)

  formel             significatif

La mémoire serait un effet de perspective.

*

Etudier l'intuition et déterminer sa valeur.

 

Il faut se figurer la conscience comme faite d'une suite d'arcs demande réponse.

 

Le cercle de l'intuition, et sa valeur, les intuitions élémentaires ou pouvoirs.

Intuition et irrationnelles constantes ou notations.

L'attention consiste à chercher à faire correspondre le changement de "l'esprit" [[ . Aj. sup.: de tout le sensible ]] au changement de l'objet celui du tout à celui de la partie et sans formation à restrictions données -

Donc c'est un groupe comme une notation. Seulement au lieu de définir le groupe par une égalité - à laquelle il revient indéfiniment, c'est une congruence.

L'être s'essaie à former ou à être un système complet quant à une collection partielle. C'est-à-dire que le changement total est assujetti à une partie de son domaine.


Date de création : 20-04-2003