<- CNRS 3, p. 665

CNRS 3, p. 666

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 667 Index des Cahiers

$

Une figure géométrique est la figure de propositions et cette figure tracée ne doit rien ajouter ni ôter aux propositions. Et les circonstances matérielles, sensibles de cette figure si elles ne sont pas proposées ou si elles restreignent la proposition qui aura été énoncée ne comptent pas - il ne faut plus voir sur son papier que ce qui a été convenu et exprimé nettement.

Les figures ont ce caractère singulier - de représenter par elles-mêmes quelque chose qui en a été retiré et d'être devenues symboles de leur élaboration -

Une ligne n'a pas de largeur comme un son n'a pas de couleur -

*

Littérature de l'avenir - s'il y aura une littérature et un avenir - si l'avenir n'est ni assez fin ni assez brute pour se passer de littérature -

Or donc, littérature de l'avenir - j'y reviens - écrire de telle sorte qu'à chaque pas du livre, on sente bien la volonté et les moyens de cette particularisation croissante qu'un livre est.

*

Besoin d'y voir - Intuition - Pourquoi? L'image nécessaire pour aller plus loin.

*

Je crois qu'il est des propriétés constantes, invisibles par leur constance, à peine visibles ou pouvant être soupçonnées par de rares observateurs en de rares instants, analogues à la lumière qui serait inconnue si quand l'ombre vient, la conscience ne persistait - Elle ne nous est connue que parce que nous pouvons continuer à vivre après elle, et que nous pouvons alors refaire quelque lueur dans le souvenir.

Nous ne pouvons connaître la conscience parce que nous ignorons son absence.

*

Le style est (parfois) la manière dont un auteur fait semblant de parler -


Date de création : 20-04-2003