<- CNRS 3, p. 249

CNRS 3, p. 250

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 251 Index des Cahiers

$

Attention

Le but étant une représentation commode - conforme, réduite - la psychophysiologie donne certaines indications figurées - mais en elle-même ne peut supporter toute la tâche - étant elle-même une représentation.

Quelle est la représentation des fonctions physiques?

Ma méthode de remonter toujours aux fonctions vraies - repasser par l'informe - chercher l'ensemble des chemins d'un état donné - dessiner le contour du possible - assigner les intermédiaires, les moyens relatifs - séparer les figures - chercher les transformées, agir complètement sur le sujet donné, - mais après en avoir fixé la réalité pure, seulement,-

 

*

La philosophie est l'ensemble des imaginations et des constructions où tout homme aboutit et se promène lorsqu'il a prolongé pendant quelque temps une divagation issue de quoi que ce soit [[ . Aj. marg. g.: c'est l'apothéose des connexions ]].

Ce prolongement est philosophie - La philosophie est un prolongement et il aboutit ou à une coupure, ou à une expérience -

Mais ce qu'il montre de plus clair c'est sa tendance - et il est le plus vrai, lorsqu'il commence à peine et qu'on entrevoit du coin de l'oeil le commencement d'une série -

 

*

Voici encore des problèmes: si la suite des idées sur un objet se peut prolonger d'une infinité de manières, toutefois chaque terme (quelconque a priori) d'une telle suite exclut une infinité et en ouvre une autre, mais il peut arriver des retours et des noeuds.

Comment parvenir à la limite d'une série de conséquences, les considérer toutes ou tout au moins toutes les branches? Dans quel ordre est parcourue la mémoire et sont éveillées les fonctions? Où s'arrêterait (virtuellement) la chaîne de réflexes et d'opérations si on suppose qu'elle n'est brisée par une "liberté" ou dissoute dans une multiplicité simultanée qui se présente?


Date de création : 20-04-2003