<- CNRS 3, p. 656

CNRS 3, p. 657

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 658 Index des Cahiers

$

Rapidité et lacunes imitent tellement la profondeur qu'elles la suscitent. D'ailleurs on ne sait jamais quand il y a profondeur à qui en est le mérité - Auteur, lecteur?

Mais la profondeur est méprisable, artificieuse. Il faut payer argent comptant; démontrer la distance et le chemin, là est la difficulté, la force.

*

Le poète se dit - forcément: quel dommage que ce mot si vocal ne signifie pas ce qu'il me faudrait!

*

Ceci est dans une chambre dont je n'ai pas la clef. Je ne possède ceci que sans le voir ni saisir, mais seulement enfermé - en un lieu fini et que je connais. Je n'ai donc pas à le rechercher - mais la clef.

Et cela est je ne sais où mais non sous clé, librement perdu, librement à trouver.

---------

La logique formelle et la logistique sont l'analyse des combinaisons indépendamment de leurs significations c'est-à-dire l'analyse de la notation en général ou des liaisons auxiliaires qu'elle introduit - C'est l'étude des liaisons relatives - et comme l'indique ce mot d'auxiliarité - l'aide prêtée par Moi à une diversité pour en faire une unité - cette diversité étant faite de signes c'est-à-dire d'éléments doubles et non de significations - et cette unité étant le schéma du mécanisme suivant: Trouver ou donner 1 seul sens à une pluralité d'éléments doubles.

Le critérium est facile à obtenir - tout ce qui est formel est relatif à des éléments doubles. Chaque élément (A ) est constitué par une relation irrationnelle. Mais A et   sont pensables et disponibles séparément. On peut donc former des combinaisons de 2 classes 1° les ( A B C..) 2° les ....

Je ou Moi forme une combinaison de la 1ère classe en (A D F) puis je la lis en (       ..) au moyen des irrationnelles.

Je lis quelque chose plus ou moins intelligible.


Date de création : 20-04-2003