<- CNRS 3, p. 649

CNRS 3, p. 650

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 651 Index des Cahiers

$

L'hétérogénéité de l'homme, sa pluralité et le fonctionnement à la fois séparé et devant être coordonné, de ses parties - fait que la conscience signale à chaque instant des retards, des régressions, des anticipations, des congruences ou des écarts et qu'elle semble toujours in medias res, in media organa. La notion de temps résulte de ces aspects.

Le temps exprime que dans un certain ensemble fini de phénomènes, certains phénomènes peuvent être remplacés par d'autres - On a A B C = A B' C.

*

- Je suppose que je frappe des coups à intervalles égaux - (pas très rapprochés) Alors, pour me donner cette égalité, je compte, ou fais quelque chose d'identique entre les coups.

Je remplace l'égalité de temps par l'identité d'actions. Mais si je frappe assez fréquemment pour ne pouvoir intercaler d'actes internes - je vais plus vite que ma conscience et l'égalité des chocs est commandée ou contenue par l'identité générale du vouloir frapper = constante.

*

Concepts et intuitions.

C'est en essayant de noter les intuitions et de former des concepts ou notations moins nombreuses que les intuitions, pour les représenter, que l'on voit ce qui est nécessaire.

*

Le temps résulte d'une division ou distinction qualitative entre éléments d'une même accommodation.

*

L'automatisme est une sorte d'agrandissement du temps individuel et le temps est le ne pas agir d'une seule pièce.


Date de création : 20-04-2003