<- CNRS 3, p. 647

CNRS 3, p. 648

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 649 Index des Cahiers

$

En considérant la connaissance dans sa généralité - c'est-à-dire chaque phénomène, chaque représentation, chaque état comme un cas particulier - comme un fixe, un arrêt - une constante - un équilibre invariant, - et en notant d'autre part les relations irrationnelles possibles et les transformations possibles - puis, en développant on peut apprécier cet espace - la connaissance dans sa structure singulière.

Mais comment s'élever hors de la particularité - puisqu'il faut que chaque état soit pour cela qualifié de particulier? Comment philosopher si mon instant philosophique n'est pas plus étendu en réalité que le reste des aspects?

*

Dans la doctrine dualiste, le corps est comme le scaphandre de l'âme: un appareil pour être in mediam rem.

*

Le langage est plein de mots qui ne se rapportent qu'à lui-même et qui meurent totalement dès qu'on supprime tout langage.

Tels sont: être, croire, douter etc. -

Etre hors de .. et agir dans (Meta)

Ana-chronismes -

*

"Hein?" veut dire quelquefois: Ayez la bonté de me contredire - afin que je m'affermisse dans mon opinion qui est vacillante.

*

Verbes auxiliaires. L'auxiliaire perd son sens et garde son.. intention ou son effet.

Ainsi possession = passé (habeo visum)

     volonté = futur (I will go) ou obligation (devoir)

     mouvement = d°  Je vais jouer.

     être, vivre = présent

     durer                    I do go.

     faire etc.


Date de création : 20-04-2003