<- CNRS 3, p. 646

CNRS 3, p. 647

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 648 Index des Cahiers

$

Le mental - c'est tout ce que je vois, sens etc.. Le physique est une partie de cela ou une forme dans cela que je dégage de lui et lui oppose - et cette partie formelle est comme une moyenne restreinte -

*

L'idée 1 passe et tend à disparaître au profit de 2. Mais en 2 je sens que peut-être 1 était intéressant et il faut que je retrouve 1. C'est comme un douanier rappelle un passant suspect. L'effet du passant sur le douanier, a eu un retard.

Hiéroglyphes - et notre symbolisme

          *

A la campagne parfois - marcher est un triomphe - respirer une volupté - Penser est comme une invention prodigieuse.

Le soleil et les ombres s'adaptent comme un jeu de patience.

*

L'homme est multiplement multiple, étant fait de parties et étant fait de personnages, d'apparence distincte et momentanément individuels dans leurs oppositions - ou dans leurs relations, séparation - l'un sait ce que l'autre ne sait -l'un se rappelle et réprimande celui qui a oublié -

L'un tremble et s'inquiète que l'autre essaye de voir clair et de se moquer.

Le Moi, est au fond une attitude interne - non une image simple - c'est un mode de classer - et distribuer les phénomènes simultanés ou presque simultanés par rapport aux réponses à leur fournir, qui vont être fournies.

Son identité apparente provient de ce qu'il n'a aucun moyen de se démontrer qu'il n'est pas le même.

*

Moyens d'instituer des correspondances -

Voir géométrie projective

Groupes de

transformations

point de vue - adaptations?

...Une grandeur aussi petite que l'on voudra. Ce mot vouloir ici est mis pour signifier l'indépendance de la grandeur considérée d'avec.. les données, les choses fixées d'abord - pourvu que le sens de la variation soit le même - décroissant.

Des grandeurs infiniment petites ne peuvent avoir entre elles que des relations très simples.


Date de création : 20-04-2003