<- CNRS 3, p. 644

CNRS 3, p. 645

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 646 Index des Cahiers

$

Les trois quarts d'un livre sont faits de choses évidentes, ou indifférentes. Le reste est obscur ou douteux. Le tout peut plaire et faire vivre.

*

Les "Trois lois"

La conscience est dans une certaine mesure indépendante - (en tant qu'elle voit) des activités de ses constituants.

Cela se connaît par des oublis et des ressouvenirs, des abolitions et des réveils - partiels et se généralisant ou non - qui indiquent une marche propre de certains éléments, marche qui se fait hors de la conscience - Il s'agit de rendre visible cette marche qui par définition ne l'est pas - Donc il faut un artifice.

..Il faut débrouiller tous ces modes ou genres de substitutions de déformations - ceux qui admettent un potentiel, un ressort et une attente, ceux qui chassent devant eux -

*

...Lois "moléculaires"        ornement

*

La conscience elle-même devient visible et phénomène, lorsqu'elle contient ou présente des phénomènes appartenant à deux systèmes indépendants, suffisamment rapprochés.

))L'idée que nous nous faisons de la conscience est donc au fond une simple représentation de ces états de tension  -  et de  division -(( D'où l'idée de contenant - de chose plus grande que tout système donné - l'idée qui se réfère aussi au changement ordinaire de la connaissance.

Ordre et nombre sur pluralité. Pour compter des objets il faut qu'ils demeurent dans le même ordre quel qu'il soit. Pour ordonner des objets il faut que leur nombre ne varie pas.

Or toute conscience doit contenir plus ou moins ce caractère hétérogène et prendre conscience de x, c'est pouvoir faire entrer x comme partie dans un système plus grand ou plus organisé.


Date de création : 20-04-2003