<- CNRS 3, p. 642

CNRS 3, p. 643

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 644 Index des Cahiers

$

La relation la plus générale et la plus claire entre physique et moral a lieu par l'intermédiaire du temps. Successions, fréquences, rythme.

*

L'homme heurté et illuminé par les sensations, devenant phosphorescent et fluorescent en lui-même par des modifications - d'où il se retire par perspective et dans lesquelles il est par nature, - se divise en même temps qu'il s'éclaire, paraît à soi-même, se devient à la fois visible et oeil.. -

*

- Mais en quoi consiste ce que vous cherchez? Et si vous le trouvez, que tiendrez-vous? -

Il faut se mettre au moment de cette possession, et jouissant en esprit de son gain, le mesurer.

Est-ce une image? Nulle image particulière ne vaut tant de manoeuvres et de reprises. Et quand ce serait une image ressemblante et d'une ressemblance parfaite, mesurée, assurée - qu'importe ce doublement! - < Peut-être que l'important n'est que de le faire. >

*

Que dit le Roseau pensant? Il dit que l'Univers est un cas particulier, et il faut lui répondre - Oui - tel que tu le sens il est ton cas particulier.

*

Si on voyait les mouvements cérébraux, on les interpréterait comme on fait ceux des yeux, des visages - c'est-à-dire qu'on les traduirait en d'autres - traduction très fine, très serrée - mais incomplète.

Les champs merveilleux de Mimosa intime.

*

Tiens, la mélodie - Trouve une harmonie.

Tiens, l'harmonie - Trouve une mélodie.

*

Toute ligne est une détermination d'une transformation.


Date de création : 20-04-2003