<- CNRS 3, p. 635

CNRS 3, p. 636

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 637-638 Index des Cahiers

$

L'incohérence résulte non de la simple succession d'images quelconques entre elles - mais de l'appui ou du ton égal ou également tout adapté à chacune - Elle consiste en réalité en une égalité ou indépendance d'adaptation totale à chaque terme nouveau. Elle ne réside pas dans les idées ni dans leur suite, mais dans leur accompagnement.

L'incohérence est normale quant aux idées - anormale quant aux retentissements. Nous sommes faits de sorte que toute idée puisse se substituer à toute autre; mais l'ébranlement général ne doit pas nous envahir sans cause - - - Il est anormal de franchir sans transition ou zéro l'intervalle des états profonds (chauds). Il est anormal, non économique, déperditif - de subir la surprise ou devenir motif de surprise.

...Quand des idées se suivent sans renforcement de quelque chose - ou sans accroissement vers une limite.

*

La science pour moi, n'est pas un accroissement, un approfondissement, de la description du monde, accroissement qui se traduit par l'addition de figures nouvelles, d'images infiniment renouvelées, précisées, remplacées... Elle est dans l'accroissement d'organisation, de conscience et de connexions.

*

Il faut distinguer quant au langage, concepts, notations et le domaine plus ou moins étendu d'un terme, son extension, compréhension d'avec les restrictions obtenues par propositions.

*

Quand parle-t-on à haute voix?

Quand les moteurs appropriés sont suffisamment excités et insuffisamment embrayés -

Rompre le charme.


Date de création : 20-04-2003