<- CNRS 3, p. 246

CNRS 3, p. 247

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 248 Index des Cahiers

$

Indépendance.

Toutes les fois que je trace une ligne réelle, c'est une bande - Mais le mouvement de tracement n'a aucune relation avec une largeur - Je conviens donc de représenter visuellement ce mouvement linéaire par une bande dont la largeur n'entrera pas dans les raisonnements - De sorte que la ligne vue est signe de la ligne tirée laquelle n'a ni longueur ni largeur mais seulement direction ou tendance -...

 

*

Quand on se porte bien - on remue sa jambe - comme l'on veut avec une conscience légère du poids et de la vigueur, l'effort est plaisir; le groupe des mouvements possibles est entier.

Telle l'idée d'entre les idées - Mais avec la fatigue et les troubles la conscience devient pressante, elle oblige,-

Si au lieu de dire la conscience, en général - on disait la conscience de tel fonctionnement - et si on ajoutait que cette conscience est une propriété générale des fonctions - de toutes les fonctions - mais les unes toujours ou presque toujours la possèdent et les autres presque jamais.

La conscience se distingue de la sensibilité par la résistance qu'elle y oppose - et l'irrégularité qu'elle y introduit - Elle détourne ou déforme les réponses - Elle est elle même irrégulière - Elle n'absorbe pas directement les réponses - on n'a pas E + R + C = K.

 

*

La somme des variations des accommodations différentes = 0

 

*

Coordination - Elle existe lorsque l'amplitude, l'espèce, et la situation des mouvements et changements sont tels que l'état désiré est atteint exactement

Convergence est l'état général comme moment de la coordination -

 

*

"Je n'ai point de nom, - dit une Chose - et quand tu m'appelles Ceci, - tu regardes quelque autre chose et te détournes de moi."


Date de création : 20-04-2003