<- CNRS 3, p. 627

CNRS 3, p. 628

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 629 Index des Cahiers

$

Une troupe contre un obstacle doit être organisée pour agir non comme un projectile mais comme une machine à moteur de façon à ne pas se diminuer rapidement par les résistances et à s'amortir mais à pouvoir donner des efforts successifs - Pour quoi il faut organiser des réserves.

*

L'astre se déplace - Mais je ne m'en avise que par moments, en me souvenant de sa position précédente.

Dans la lunette je vois au contraire sa vitesse - je perçois le souvenir instantané - tandis que dans le 1er cas, je construis le déplacement [[ . Rat.: la vitesse ]] d'après un souvenir -

Dans ce cas net la mémoire équivaut au grossissement comme résultat final.

Voir le mouvement c'est percevoir la discontinuité soit dans la position de l'oeil soit dans la netteté de l'objet (qui se déplace dans le champ rétinien non homogène) -- et percevoir la dépendance entre l'identité de l'objet et le changement des sensations autres que lui - (motrices).

Donc ces sensations motrices sont multiples et leurs variations se compensent.

*

Je consens que telle sensation même intense - dure, ou recommence indéfiniment - même intense, même si elle me sollicite violemment.

Quand il y a ce consentement (il y a plaisir, dit-on) c'est la marque que l'excitation se divise et suscite des fonctions différentes dont la différence soutient l'excitation.

Tout plaisir est instable, et demande toujours. Le plaisir visuel est le plus pur - Le mouvement intelligent des yeux et l'arrière saveur des nuances infinies, des valeurs incalculables, aux significations indicibles, aux frontières de hasard...


Date de création : 20-04-2003