<- CNRS 3, p. 617

CNRS 3, p. 618

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 619 Index des Cahiers

$

A chaque instant ce qui occupe le centre de la conscience est ce qui va atteindre son point le plus net.

La conscience est la durée pendant laquelle une excitation n'a pas de réponse (unique): 1) il y a quelque chose

                               2) il faudrait autre chose.

Lire:

       1° Voir - lumière - attitude générale.

       2° Accommodation - Figure

       3° Groupements - direction - Signification                       musculaire.

       4° Sens séparés - irrationnelles - mémoire

       5° Sens. Réponse générale - Modification                     réciproques.

 

Le degré de conscience est le nombre de fonctions indépendantes qu'excite sans les lier entre elles la même incitation -

On se rend compte à tel moment que a est un souvenir et que b est un mouvement contingent, que c'est métaphore - A chaque instant tout se classe - se sépare, entre dans des systèmes d'adaptation particuliers et se réunit encore dans une adaptation totale.

*

Il y a prose lorsque les éléments phonétiques du discours se présentent comme libres de toutes conditions préfixées - et non liés entre eux par répétitions, ou renforcements ou équivalence de temps x. xx

Par analogie on pourrait appeler prose, le discours dans lequel les éléments significatifs - ici propositions - se meuvent dans l'entier domaine des représentations et des associations - sans observer d'autre unité que celle extérieure au discours même et qui résulte de l'individu toujours nécessairement supposé.

x. Un lecteur peut changer par sa voix les vers en prose et la prose en vers.

xx. Ces liaisons réagissent sur les significations


Date de création : 20-04-2003