<- CNRS 3, p. 615

CNRS 3, p. 616

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 617 Index des Cahiers

$

Prendre conscience de A c'est regarder A comme devant être ou pouvant être dépassé, séparé, discerné, mû etc. - comme une parenthèse - comme un système < G -

*

Les 9/10 des types d'aliénation sont réductibles à des réalisations d'images, illégitimes - . Ce sont des troubles d'accommodation, de perception, - quant aux images particulières étranges, il en est beaucoup qui résultent de la lutte encore existante, entre la vraie et la fausse réalité chez le malade - L'idée mère est déformée pour satisfaire aussi bien que possible aux perceptions qui demeurent saines

L'hallucination ne pouvant encore se produire - explique elle même au sujet, sa non apparition - d'où les souterrains - etc.

*

Pouvoirs - Analytisme -

Reconstruire, sans abréviation, par états vrais - en notant les discontinuités - en n'admettant d'autres éléments que ceux représentés - non-verbaux - ou rationnels - en rappelant à chaque instant, la vraie démarche -

Donner aux choses leur vrai nom - ne pas appeler sérieusement - Chose pouvant donner des sensations - ce qui n'est qu'une image - --

*

Fait purement mental - celui auquel on peut ôter de la réalité -

*

Ce qui est conscient dans l'acte que je fais ce n'est pas son mécanisme intime - c'est sa conformité à un modèle - son degré apparent d'intensité, d'adaptation - sa différence d'avec un acte représenté d'avance - -

La conscience a donc la forme d'une vision double - d'une division.


Date de création : 20-04-2003