<- CNRS 3, p. 613

CNRS 3, p. 614

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 615 Index des Cahiers

$

L'attention consiste à inégaliser une partie de mes impressions - à les avantager de mon propre fonds - à rendre cette partie, (d'avance) par une convention préalable - signe de dégagement de mon énergie, - secours que je n'accorde pas au reste lequel se contente de l'énergie qu'il déchaîne de soi-même.

Il s'ensuit une unification de cet ensemble partiel favorisé - puisque tous ses points sont des signes convergents du même déclenchement -

C'est ainsi qu'une représentation peut servir de guide ou modèle à des actes idéaux ou réels.

C'est pourquoi la forme de l'accommodation généralisée représente à merveille la forme de l'attention puisque l'accommodation n'est qu'une déformation d'un système jusqu'à ce qu'il réalise dans une autre fonction les meilleures conditions de fonctionnement [[ . Aj. marg. g.: jusqu'à ce que la section du cône lumineux par la rétine soit plus petite qu'un élément rétinien indivisible ]]. La vision nette n'est que la vision transformée jusqu'à devenir signe non ambigu d'un mouvement ou d'une attitude unique, uniforme, unifiée - Signe d'une coordination

*

) Ne pas oublier dans ces questions qu'il faut à chaque instant soutenir la conscience - justifier 1° sa production 2° ses meubles instantanés. (

Dire (ou se douter) qu'à chaque instant elle doit être entretenue et déterminée, alimentée et transformée -

Il lui faut donc continuellement des "forces" et des figures des interventions et de quoi répondre.

*

Si je m'imagine en train de peindre - mon pinceau ne porte pas la couleur sur le tableau pensé - mais le même qui tient et tire le pinceau fait paraître magiquement la couleur, de sorte que le pinceau n'entraîne la couleur comme une conséquence - mais tous deux sont conséquences ou dépendances d'une tierce chose.


Date de création : 20-04-2003