<- CNRS 3, p. 600

CNRS 3, p. 601

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 602 Index des Cahiers

$

[Croquis.]

Il faut laisser à l'adversaire le loisir de se vaincre et détruire lui-même.

*

Il sera bon d'essayer une subdivision du temps fondée sur l'individu -

Tableau des temps moyens nécessaires pour telles modifications - depuis le réflexe jusqu'à la transformation profonde qui se nomme langage.-

< Si on veut constituer ce tableau a priori, on trouve par la théorie -

temps réflexe    = 0

temps de pseudo-réflexes

temps de tâtonnements

temps de maintien -

ou bien:

temps de parcours de connexions préétablies

1° réflexes purs -

2° réflexes artificiels

temps de formation de connexions >

*

Si tel phénomène me semble passé et non présent c'est que je ne puis généraliser, aller jusqu'au bout de son existence en moi, c'est-à-dire le pousser jusqu'au point réel car il trouve là autre chose, un occupant déjà installé et fort de soi-même, tandis que mon passé n'est plein que d'emprunts.

*

Je fournis sans le faire exprès telle réponse admirablement adaptée à la demande - c'est-à-dire de nature à maintenir quelque chose que la demande tend à modifier - Cet automatisme supérieur est en relation étroite avec ma...transparence ma souplesse - ma vitesse d'utilisation des réponses partielles provoquées - -

*

Intérieurement je n'ouïs que ce que je prononce.

Entendre et dire sont inséparables.

Je ne vois que ce que je trace - ou bien ce qui m'est tracé. Toutes les connaissances non motrices sont toujours attachées à des mouvements. Je ne puis rien imaginer sans mouvoir.

Ce mouvement fondamental est en continuité avec les sensations motrices -


Date de création : 20-04-2003