<- CNRS 3, p. 598

CNRS 3, p. 599

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 600 Index des Cahiers

*

Le mouvement de perception - lorsqu'il est perceptible - il y a métaphore c'est-à-dire continuité explicite - C'est quand la variation d'une fonction est de même espèce que la fonction -

*

Tout ce que la physiologie apporte à la psychologie se résume en deux mots: )) 1° Conditions de liaisons pour la variation de la conscience observable - 2° Principe d'équivalence et de substitution entre facteurs irréductibles - permettant d'écrire des équations symboliques entre de tels facteurs "physiques" et psychiques. ((

*

Le calcul numérique est un moyen de détermination -

Le calcul algébrique est un moyen de représentation -

*

Tout ce qui est écrit dans ces cahiers miens a ce caractère de ne vouloir jamais être définitif.

*

Si je réponds vivement par un mot injurieux ou juste comme un ressort merveilleux - ce n'est pas moi qui réponds - ce n'est pas moi de maintenant mais un moi non présent. Ce mot ne se forme pas sur le niveau où je me tiens maintenant mais la demande a traversé ce niveau et été allumer la foudre dans les caves. La réponse m'étonne que je produis. Je suis interrompu.

La conscience est ce qui se produit sur une certaine surface.

L'étonnement est le changement de niveau de cette surface [[ . Aj. sup.: ou temps nécessaire à mettre la conscience au pas de l'impression produite, interruption ]].

Mais la réponse s'est opérée en un lieu où a pu passer une telle surface.

Je "localise" ou imagine en quelque sorte les systèmes auxquels j'attribue mes réponses - mais l'ensemble de ces systèmes se subdivise en ceux où nulle surface-conscience ne peut passer et ceux où je puis passer conscient, (quoique dans d'autres circonstances) exemple habitude -

La conscience est l'ensemble des éléments excités qui sont en train de devenir des intermédiaires - qui ne sont pas encore complètement déformés en intermédiaires.


Date de création : 20-04-2003