<- CNRS 3, p. 591

CNRS 3, p. 592

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 593 Index des Cahiers

$

Quelle étrangeté, ce pouvoir - quoiqu'il soit incertain, de se fixer des rendez-vous! - Se prescrire le réveil à telle heure - Tu penseras ce soir à tel soin.

On dirait que sommeil ou activité intermédiaires laissent intacte et vigilante une secrète horloge psychologique.

Peut-être cela revient-il plus simplement à rendre beaucoup plus sensible telle connexion - à associer telle idée à un événement qui se produira de lui-même selon toute probabilité.

Certainement les idées ne se réduisent pas à des - idées.

*

Etre dans l'état A, concevoir un autre état B (meilleur), ou "obligatoire" se considérer en A comme en retard sur B ressentir la différence A-B --

*

Les impressions entrent dans la mémoire

       1° par netteté et nouveauté

       2° par répétition, et pénétration insidieuse - et alors sous forme "quelconque" - brute.

La certitude d'un souvenir dépend de sa longueur, netteté, vivacité de venue. Je suis certain de ceci parce que ceci me vient sans que j'ai cherché, agi, voulu -

C'est l'uniformité qui est le caractère général de la certitude. Moins j'ai cherché l'uniformité - plus je suis certain -

Plus je m'efface, plus je subis, moins je doute - car l'action spirituelle n'étant guidée par rien, par aucun sens par nul instinct est toujours tâtonnement, exploration, doute

Elle est un mouvement de recherche aveugle - une torche promenée au hasard jusqu'à l'amas combustible.

*

L'esprit est aveugle et un. La chair est multiple, divisée et elle sent instinctivement, trop, tout le temps, de toutes parts, de mille modes ennemis, ou qui s'ignorent.


Date de création : 20-04-2003