<- CNRS 3, p. 588

CNRS 3, p. 589

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 590 Index des Cahiers

$

L'attention et l'usage, délient les souvenirs et détruisent la localisation dans le temps - Ainsi je me souviens des mots et non plus des époques et des circonstances dans lesquelles je les ai acquis.

*

) Toute relation rationnelle a lieu par une fonction particulière tandis que les irrationnelles sont fonction générale. (

*

comme si l'accroissement était f(t) et que l'altération, le retour etc. soit non analytique.

La mémoire s'accroît régulièrement et se détruit irrégulièrement. Comme un mur se fait par assises et par journées, et quand il se défait, par ici et par là et on ne sait quand.

< Mon action devient étrangère et se réduit à être partielle ou rien >

*

Tous les sentiments vifs ont en commun de nous jeter hors du présent. Ce qui est présent ne suffit pas à faire de la colère, de l'amour etc. Les sentiments sont des modes de la mémoire - Ce sont les modes de décharge brusque de la mémoire. Alors on la voit comme un potentiel - Une preuve se trouve dans l'aspect unilatéral des sentiments tandis que la conscience elle est plurale -

Colère et amour sont déchaînés en général par des interventions qui semblent des motifs - Il y a quelque ressemblance ou continuité entre l'intervention et l'effet - Mais pathologiquement on voit l'intervention quelconque -

*

Formes uniformes

         --

Mémoire

association

sentiments forts   Dans toutes ces formes, la variation dépend

rêve               de quelque chose non présente, non visible

volonté arrêtée    Modèles - Latéralité

et impulsions, suggestions

Formes multiformes

       --

Réflexion          Celles-ci sont brèves

Doute

Hésitation

veille, liberté

inaction

rêverie

Tâtonnements

Recherche de l'accommodation

surprise

troubles


Date de création : 20-04-2003