<- CNRS 3, p. 583

CNRS 3, p. 584

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 585 Index des Cahiers

*

Une note musicale n'est pas déterminée par l'audition pure et simple. Pour la référer à d'autre notes non données, il faut nécessairement un moyen autre qu'auditif - un schème de classification constituée par une variable continue et indépendante - c'est-à-dire volontaire - les modifications successives et ordonnées par quelque chose de croissant par exemple tension musculaire, de cette variable indépendante étant en correspondance avec les sons.

Pour déterminer la note, on transforme la donnée en ou l'expression en action ou tension virtuelle des cordes - on la chante aussi conformément qu'on peut - Or pour la chanter on donne à l'appareil de la phonation, l'état de tension qui par une variation simple et continue - produit soit la note au dessus soit celle inférieure -

*

Interventions - A tempo - rigueur

L'intelligence tend à substituer aux travaux - des interventions et donc à utiliser des potentiels instables. Potentiel et retards.

*

Cat[égories] [?]

Continuité ou tracement et passages - et absence de continuité.

pluralité ou simultané

séquence immédiate abrupte

Les sensations objectives

             subjectives

sensations particulières liées à l'unité variable de puissance, de durée ou maintien et aussi de changement - ou sens des lacunes de perception ou des angles de perception.

*

Ce qui distingue l'image de la représentation est probablement situé dans des sensations concomitantes, par exemple d'accommodation.

De même si je discerne mon mouvement vrai du mouvement de l'objet extérieur - c'est par voie indirecte - par les cahots, les bruits etc.

Quand nous voyons un objet nous ne voyons pas cette accommodation et autres déformations nécessaires.


Date de création : 20-04-2003