<- CNRS 3, p. 582

CNRS 3, p. 583

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 584 Index des Cahiers

$

Je puis compter peut-être autant d'objets --> [unité - pluralité] <-- que j'ai de doigts dans une main et sans doute moins de cinq - Je puis compter autant d'objets qu'une sensation constante identique peut s'associer indifféremment avec n sensations dont elle se distingue nettement - Dès que cette sensation unité devient trouble ou impossible le compte est confus.

Quand elle existe - je puis indifféremment c'est-à-dire alternativement considérer l'objet A comme 1 ou comme plusieurs.

 

Quant à la mémoire - tout souvenir ou chaîne est une unité, quelle qu'en soit la complexité - on ne se souvient que de l'unité - C'est ce qui a été traité et transformé en unité qui peut reparaître.

*

Le travail intérieur consiste à faire sur des données déjà uniformes - des modifications pour passer à un autre système d'uniformité - modifications qui seraient très faciles dans le monde extérieur si seulement elles y étaient - possibles.

          *

Un objet très petit est un objet dont la perception est peu distincte de la fatigue qu'elle donne - comparable aux sensations subjectives de l'organe et aux discontinuités superficielles de sensibilité ou aux intermittences dans le temps de la sensibilité.

          *

 

Tout un monde d'idées, de pressions - etc. mis comme entre parenthèses, et toute la parenthèse obéissant à une action quelconque - prenant une situation déterminée sans qu'elle soit consultée - de sorte que tout ce monde - toute la vie mentale est faite de telles parenthèses et de parenthèses plus étendues - dont l'intérieur est soustrait à l'action ou à l'excitation qui la déplace toute entière. -

Etude des parenthèses -

La mémoire parenthétique -

 

...Si éloigné que c'est peut être un cil un clignement de l'oeil, une chose de mon oeil,

Supposé que cet objet affecte une unité indivisible.


Date de création : 20-04-2003