<- CNRS 3, p. 578

CNRS 3, p. 579

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 580 Index des Cahiers

$

L'image peut être regardée comme la position symétrique (approchée) d'un point qui a été par l'excitation primitive porté en A  [Croquis.]

*

Tout ce qui est conscience implique une pluralité [contenue dans], ou [correspondant à] - une unité.

En général la résolution de cet accord est un acte peu visible, - mais toujours un acte, comme dans le cas très manifeste où l'acte entraîne des mouvements extérieurs -

Acte peu visible, par exemple la mise en parole, le prononcé intérieur par où finit le moment de conscience relatif à A.

*

 

Marche, toujours au centre d'une vue et comme origine de rapports élastiques.

La musique me donne l'impression d'un être qu'on sent vivre et qu'on vit, sans jamais comprendre ses motifs - On le voit sans être vu, sans réagir sur lui, on le subit - Comme si j'agissais et sentais nettement sans pensée.

*

Si a et + sont par convention échangeables -; si chose et opération - acte et matière se réfléchissent ensuite comme des éléments équivalents à l'égard de certaines propriétés telles que mémoire c'est que ces modifications si diverses, sont comme englobées chacune dans une enveloppe sur laquelle indifféremment s'exerce le retour -

Que ces contenus soient comparables à des chocs ou à         des suites, que leur structure soit simple ou composée,        peu importe - Mais il y a cependant des conditions

1° Conditions intérieur de liaison ou d'excitabilité réciproque

2° Conditions de quantité

3° Conditions d'uniformité

A quoi donc peut attacher un signe ou fil, tel que l'irrationalité soit réalisée, ou l'excitabilité soit extérieure à la chose excitée?

Ce ne sont pas les idées qui s'associent, ce sont les ressorts, les époques relatives - Au lieu d'association il faut dire continuité d'un tracé d'excitation.

 

L'homme | mange | digère


Date de création : 20-04-2003