<- CNRS 3, p. 574

CNRS 3, p. 575

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 576 Index des Cahiers

$

Vis

Pas de problème autre qu'une détermination de correspondance entre des points de variétés données.

*

       Substitutions psychologiques

Les sensations servent de lien entre veille et rêve - Elles demeurent et sur leur cours, par une sorte de modulation s'installe le monde du songe. Sans elles on ne peut même s'endormir - Tout sommeil commence par des constantes - qui se donnent peu à peu. Hypnotisme - Ce qui dans l'hypnose est fait par la fixation d'un point ou un son monotone, est joué dans la normale par des sensations, obscurité, lassitude, fixité des membres - [[ . Aj. marg. g.: suspension de résistances ]]

Et ces constantes sont, suivant la règle de double entrée psychologique, ou données et subies, ou voulues et acceptées, --> ou créées <-- - - - vis à vis de quelque chose, ces termes: voulus, imposé etc. sont synonymes - ainsi on peut s'endormir sous l'action (indirecte) de: habitude, lassitude, fixité, vouloir, narcotisme. Toutes ces expressions désignent des constantes qui s'installent.

L'habitude, imitation, simulation de nécessité --> ou de volonté <-- - comme mémoire est simulation d'excitation externe et de présence - ou d'acte X

Il y a des corrélations étonnantes - comme de vouloir et rêver - veiller c'est vouloir-en-dehors, dormir ou songer est comparable à vouloir-en-dedans c'est-à-dire être sous l'influence de la volonté.

Continuité - Cf. effort et son image - Transformation par continuité. Métaphore. Réceptivité du dormeur.

Sur ces constantes - je regarde probable que les divers états susvisés sont caractérisés par le nombre de points fixés - le degré d'assujettissement.

Alors les excitations font varier le reste.

Les sensations sont nécessaires pour le sommeil - Par exemple la lassitude conduit à s'abandonner, à ne pas vouloir.

 

X Si A me rappelle B - c'est que quelque chose différent de A et de B joue le rôle de l'excitation.


Date de création : 20-04-2003