<- CNRS 3, p. 562

CNRS 3, p. 563

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 564 Index des Cahiers

$

S'il y a rêve (et non cette connaissance étrange des moments toxiques) c'est qu'on traite dans cette phase - ce qui provient comme la réalité.

Tel groupe de sensations est transcrit comme vol - c'est qu'il admet encore des solutions complexes - comprenant encore homme (modifié) etc. - Il y a des degrés. On peut dire que la réalité est conservée tant que demeure une certaine indépendance avec objectivation. Les objets connus figurent encore. On n'est pas réduit aux fonctions simples.

*

Intervention - Q[uantité] s[uffisante] pour changer l'inertie -

Interventions et adaptation.

L'intervention implique l'équilibre instable -

L'intervention a un minimum et pas de maximum.

Elle implique une pluralité de systèmes indépendants - mais communiquant entre eux.

Accumulation ou désagrégation lente précédant une solution brusque.

Interventions continues ou sensiblement continues - volonté - maintien.

Interventions comme réponses irrationnelles à des sensations.

Pourquoi ce clou, ce fil qui jusqu'ici résistaient, brusquement cassent à telle heure?

Le continu physique montre bien que la perception est une intervention. Ce que nous percevons n'est pas une fonction continue de l'excitation. Il y a systèmes indépendants.

L'adaptation consiste à se déformer de façon à rapprocher cette intervention d'une fonction continue et uniforme - Approximation -

Comment se fait cette approche?

 

Adaptation

Coordination

Accommodation

Appropriation

Assimilation

Imitation

Identification


Date de création : 20-04-2003