<- CNRS 3, p. 559

CNRS 3, p. 560

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 561 Index des Cahiers

$

Dans quel cas se produit le changement irrationnel - et dans quel cas le rationnel?

*

L'image est au regard de tout l'être - une intervention - et toutes les interventions se ressemblent. Ce qui change c'est le système sur lequel agit l'intervention. Des quantités peu différentes d'énergie peuvent donc être données aux images, les différences de leurs effets étant attribuées aux différences de potentiels dans les systèmes divers où elles agissent. Ces systèmes étant mis en train changent vivement de potentiel, les images correspondantes étant inaltérées, - ce qui explique le non retour immédiat des dites images.

Des images très différentes peuvent jouer le même rôle indifféremment. Pour signifier A, je puis me servir de B, C..- Z - peu importe. Alors ayant pris C par exemple, je n'associe pas A à C comme l'on dit, mais je rapproche A et C ou je passe de A à C - C'est dans cette opération que se prépare le futur mécanisme: l'association tient à la déformation générale d'un seul tenant qui admet A et G comme interventions.

..Ce mécanisme instable - éminemment imposé à la conscience mais rejeté par elle - il ressemble à toutes ces associations qui - marcher, parler, distance etc. font  le plan ordinaire de la vie mais ont été apprises une fois et ont été liées et consolidées par sortie de la conscience et par leur usage d'instruments simples --

L'immédiat

*

[Croquis.]   Ou bien la perception (2) dépend de la perception (1)

 

*

Veiller c'est répondre, et répondre à tout.

Voir ressemble à vouloir -

L'espace augmente en dimensions autour d'un même élément.


Date de création : 20-04-2003