<- CNRS 3, p. 556

CNRS 3, p. 557

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 558 Index des Cahiers

$

La pluralité des chemins possibles entre deux états [[ . Rat.: points ]] est la caractéristique de ce qu'on appelait: esprit.

En d'autres termes cet esprit "ubi vult" est comme un domaine infiniment souple.

*

Il y a quelque chose dans l'esprit dont on dirait que l'on peut ou l'abandonner à elle-même et la laisser produire aveuglément ou la guider, la diriger, la faire rentrer dans une route...

*

Si quelqu'un pouvait lire ou voir toutes nos pensées, toute notre conscience entre 2 moments - il ne comprendrait pas - il trouverait une incohérence que nous ne percevons jamais - parce que nous sommes nous-mêmes - la force de franchir ces failles familières - Nous ne la percevons que si cette suite nous est représentée - c'est-à-dire si nous ne nous confondons plus avec chaque terme.

*

Il en est qui mesurent leur phrase à leur voix, cherchant s'ils aimeraient la dire. D'autres, si elle ressemble aux phrases qu'ils envient. D'autres la comparent à leur idée par une traduction inverse. D'autres se représentent quelqu'un et l'effet sur lui. Ecrire est plus divers que ce nom d'acte simple -

*

Il y a volonté lorsque l'excitation musculaire est maintenue par la représentation du travail à accomplir.

Il y a durée lorsque est perçue l'indépendance de plusieurs impressions.

*

Lorsque je repasse par le même lieu, je suis sûr que mes pas ont décrit une courbe fermée. Lorsque je repense la même chose en est-il de même? En d'autres termes - une chaîne d'états mentaux....?


Date de création : 20-04-2003