<- CNRS 3, p. 548

CNRS 3, p. 549-550

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 550 Index des Cahiers

$

La généralité est un état transitoire.

 

*

L'être, de lui-même, se dispose conformément aux circonstances c'est-à-dire à une partie de lui-même.

Toute réception est en réalité une généralisation. Les parties non directement impressionnées se disposent selon celle qui est impressionnée - et les modifications de l'entendement que l'on appelle proprement et restrictivement: perception ne sont qu'un abrégé de cette modification totale - son économie -

Nous constatons un tout devenir partie - puis cette partie amener un autre tout.

 

*

Vouloir implique que 2 états distincts puissent être représentés par un seul (auquel on adjoint une représentation étrangère - celle d'actes).

 

*

Endormir ceci ou cela - Vouloir au hasard - Essayer les formes par fantaisie -

 

*

Cette idée tantôt centrale, tantôt latérale, instrument, moyen -

Une image peut faire but - ou chemin -

 

*

Si les plans sont justes, si l'analyse est fine - on doit pouvoir dessiner à propos d'un certain homme, le domaine de l'influence héréditaire - de l'éducation des moeurs - des particularités. L'inflexion que ces circonstances donnent à la spécialité des pensées doit être bien distinguées [[ . Var. sup.: discernable ]] des fonctionnements généraux, - Ce sont des constantes arbitraires des paramètres - et même tout le significatif y entre - Sous quelle forme entrent ces agents? Seuils infranchissables ou durs - sensibilité différente amorces diverses - Comment se mêlent ces caractères aux règles générales? Il faut refaire savamment la même créature qui fut donnée telle quelle.

Ce qui m'amuse t'ennuie, ou je ne le vois pas. Les goûts sont irrationnels - Ils sont tout puissants, aveugles - adventices - Leur prétendue profondeur -


Date de création : 20-04-2003