<- CNRS 3, p. 547

CNRS 3, p. 548

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 549-550 Index des Cahiers

$

Les fonctions d'habitude, de retour, de mise en train, de réfrènement, de lutte, de comparaison etc. que nous attribuons aux représentations - leur sont indûment attribuées.

Toutes ces fonctions supposent (ou presque toutes) des liaisons irrationnelles lesquelles sont hors de toute représentation.

Nous avons inventé le temps, par exemple, pour désigner de telles liaisons.

Ces fonctions ont trait à ce qu'on pourrait nommer grossièrement la profondeur de l'accompagnement des représentations -

Mais ces fonctions font partie des représentations.

 

*

L'homme est situé entre des éléments indécomposables - inaltérables - et des éléments composés nets -

Entre le pur et le net.

 

*

Ordre.

Soient 2 ou n pluralités 1 2 3 4.. (n)

Les éléments de chacune correspondent un à un aux éléments de chaque autre. Cependant on les discerne -

En effet chacune est située dans un espace, et les mêmes mouvements possibles dans ces espaces aboutissent à des éléments différents de chacune des pluralités -

On fait correspondre chaque objet à un mouvement - mais c'est une correspondance irrationnelle - et au même mouvement peut correspondre un autre objet - Si cet autre objet figurait dans la 1ère table - on a un ordre nouveau.

L'ordre est acte, l'acte étant passage d'un état à un autre par une voie particulière.

 

Cf. propreté, propriété, netteté.

"ce qui est de moi ne me répugne pas" - le verre, le lit d'autrui.

"ce qui m'appartient est pur, sacré,"

ce qui me correspond univoquement est. -


Date de création : 20-04-2003