<- CNRS 3, p. 546

CNRS 3, p. 547

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 548 Index des Cahiers

$

Chercher l'expression - c'est-à-dire intellectualiser les choses données, voilà le but.

L'intellect ne s'oppose pas à la sensibilité - Il est un autre moment. Quoi de plus caractéristique de l'intellect que ces théories où l'on voit se comparer et se lier des éléments sensibles si différents par l'intermédiaire des mesures - (chaleur, mouvement etc.). L'énergie, cette assimilation des changements les plus hétérogènes est fille singulière de l'intellect -

L'intellect paraît alors comme la phase pendant laquelle nous percevons les fonctionnements de la perception elle-même.

Quand je retiens un poids suspendu, je finis par percevoir la durée sous figure de fatigue, c'est-à-dire qu'un élément nouveau s'introduit --> sans autre nouveauté survenue que.. du temps <-- qui se discerne de la sensation de poids et cet élément est interprété comme enchaînant la pensée - gênant les autres perceptions -

L'intellect recherche la représentation des choses sous forme d'actes volontaires - on associe.

Etre si particulier qui se croit si général.

La durée est la perception de la différence de perception sans distinction autre -

 

*

A chaque pas, je sens que ce pas pourrait être différent. Et quand je ne le sens pas, je marche.

Perception de l'arbitraire ou liberté

La liberté n'a lieu que sous une faible intensité -


Date de création : 20-04-2003