<- CNRS 3, p. 540-541

CNRS 3, p. 541-542

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 543 Index des Cahiers

$

                  t         V

                t1          t2

                vc          r.

                r.          w

Le contraste successif est dû à la persistance - -

rapprocher ce fait - ces complémentaires -

 

*

Dans le cas de la vitesse - la perception est composée de tous les éléments impressionnés pendant la durée   t.

Si cette vitesse est plus grande que la durée    t alors à un point correspond une ligne ou bande - etc. Il faut que l'oeil ne puisse pas suivre -

Dans le 2ème cas la perception est composée d'un élément intense    ayant durée    , et d'un autre élément suivant si   disparaît.

On admet que la perception ne distingue que les impressions séparées par un intervalle >   .

Si plusieurs choses se succèdent (de couleurs différentes) au lieu de percevoir le (point-ligne) - on perçoit le mixte c'est-à-dire présent + persistant

Le présent est une durée - une grandeur.

En somme il y a des grandeurs qui interviennent dans la perception - Le temps en général est le système de ces grandeurs.

 

*

Dans le cas des complémentaires la persistance produit par l'interruption la transformation.

1) Vitesse. point ligne

2)         rouge x durée - vert -   rouge..

3) Vitesse   rouge + vert = gris

 

*

 

Une chose est perçue lorsqu'un événement nouveau paraît qui la rapporte à une classification (quelconque).

Ainsi une couleur passe par continuité à une voisine et celle-ci n'est perçue que par son nom - ou quelque chose irrationnelle analogue -

Cet événement nouveau forme coupure.

Si cet événement est de même nature que la chose initiale - alors les 2 sont dites complémentaires

[Croquis.]

 

A - BP

B - P.   A = B

(A.B) -- B, A P) A = B

[Croquis.]


Date de création : 20-04-2003