<- CNRS 3, p. 517

CNRS 3, p. 518

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 519 Index des Cahiers

$

L'ordre étant une correspondance entre la situation d'un objet et sa figure, peut résulter d'une convention - ou d'un modèle préconçu

La situation résultant de mouvements possibles - et la figure - d'une accommodation - on peut quelquefois trouver que cette accommodation s'exprime (ou est fonction du) par le seul mouvement -

Il peut arriver aussi que le mouvement donne la   figure -

 

*

Je travaille - je dois sortir - La pendule me montre que j'ai encore un peu de temps. J'oppose cette proposition à l'idée de sortir. Cette défensive est efficace ou non suivant que ma tendance à travailler ou bien mon inertie est plus forte que l'idée de me lever ou l'excitation. Suivant les jours et les circonstances, l'obéissance ou la solution sera plus ou moins prompte, je serai plus ou moins sensible à  l'avertissement --

Il n'y a que dans les tragédies que des raisons suffisent à mouvoir ou à fixer leur homme. Et ceci se voit naïvement dans leur rhétorique - qui consiste à joindre à l'énoncé pur et simple, et froid de la raison, des excitations et des signaux destinés à changer l'inertie, à attaquer les muscles. La rhétorique est l'intervention cherchée de tout l'individu au secours de la proposition -

 

*

Idée, sensation, état, sentiment phénomène etc. Ce sont des éléments peu nets - difficiles à manier -

Qu'est-ce qui définit exactement un élément psychologique?

Et puis il y a les facultés - qui ne sont que des dérivées de formes - des substitutions de formes etc. - Les facultés peuvent être représentées par des opérations (virtuelles)

Quant aux éléments ce sont comme des formes.


Date de création : 20-04-2003