<- CNRS 3, p. 516

CNRS 3, p. 517

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 518 Index des Cahiers

$

La ligne, le point .. sont les symboles visuels - tactiles de l'unité d'accommodation et de corrélation musculaires - et cette unité résulte de ce que pression, motion, traction exercées par nous - sont sensations indépendantes des sensations simples ou multiples qui nous viennent ensuite des résultats visibles ou tangibles de ces actions. Si je presse un corps contre un autre, quoique l'empreinte soit une surface, mon acte est indépendant de la figure et de l'étendue de la surface -

On peut même abstraire de cet acte l'intensité pour ne retenir que sa forme - c'est-à-dire le nombre et l'état des organes ou fonctions simples qu'il demande et leur collinéation.

....L'oeil intervient dans la ligne et le point comme système variable - ou accommodable -

 

Lignes et points sont les marques ou enregistrements de coordinations neuro-musculaires comme la force est la marque ou trace de la contraction

 

*

Note qu'un point de la géométrie est défini par la multiplicité Mn de toutes ses variations possibles -

          *

         

x Les lignes et courbes existent, - sont perceptibles mais non par la vue seule.

La vue ne peut recevoir d'impressions indivisibles. Voilà tout.

Signaux - Tous ces signaux, qui s'entrecroisent dans le... se contredisent,

La question des temps différents et des contre-temps. Les sensations de temps diffèrent selon les organes affectés ou les systèmes d'organes. Le temps à un muscle contracté statiquement diffère du temps dû à un muscle mu et du temps de regard etc.

 

Il y a des moments où se produit un phénomène curieux que l'on peut appeler l'attention en soi - c'est quand on attend une activité et que l'esprit excité, dispos n'a pas encore d'objet précis. Dans ces moments lucidité, rapidité, bien-être - mais cela tourne mal si rien ne se propose bientôt.

 

Cf. Mémoire vide. Souvenir d'une lacune.


Date de création : 20-04-2003