<- CNRS 3, p. 510

CNRS 3, p. 511

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 512 Index des Cahiers

$

"Pour aller plus loin -"

Il faut pour aller plus loin, construire des systèmes qui accompagnent les faits de conscience, les idées et sensations - chacun à chacune - mais qui ne disparaissent pas avec eux et elles.

Ceci pour répondre hypothétiquement à cette question: que deviennent mes idées quand elles sont - absentes? Où se conservent mes souvenirs - car si on comprend aisément l'allée et la venue des fonctions élémentaires dont la machine subsiste identique et n'admet que le changement cyclique fermé de la fatigue et de la nutrition - il est tout à fait obscur de concevoir cette conservation et disponibilité imminente des souvenirs infiniment variés; et de plus la disponibilité demeurant intacte de leurs constituants - En somme - comment est possible le repos - l'état nul de relations essentiellement instables? --

- On ne peut pas considérer comme systèmes utiles ou bien déterminés - des systèmes uniquement composés de faits de conscience pris comme tels tous ensemble - car les états d'un système doivent former par leur succession un continu - sans quoi il n'y a pas système. Donc il faut substituer aux données des conceptions qui permettent une continuité -

*

Angle de <perception> -

L'angle de deux idées est le changement général nécessaire pour passer de l'accommodation de l'une à celle de l'autre.

Cette grandeur est descriptible ou bien d'un mouvement continu ou bien par un bond.

*

L'unité de l'homme résulte pour une partie des connexions nerveuses données et pour une autre partie du simple jeu de la continuation de l'existence ou du fonctionnement de l'organisme -


Date de création : 20-04-2003