<- CNRS 3, p. 503-504

CNRS 3, p. 504

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 505 Index des Cahiers

$

Toute la notion de l'attention repose sur la distinction entre la perception réellement effectuée et la présence des conditions extérieures de la perception [[ . Aj. marg. g.: Etre là où l'on voit - Etre ailleurs c'est-à-dire dissociation, être partiellement. ]]. La volonté elle-même comme condition de la perception prolongée peut être impuissante - et se distingue dès lors de cette perception désirée qui se lasse. Cf lutte contre le sommeil -

Je fais alors les hypothèses suivantes: La perception peut être indépendante de son objet, en ce sens que cette perception est quelque chose d'autre et de nouveau, non entièrement défini ni assuré par la formation de cet objet.

- Les conditions objectivo-subjectives de la perception peuvent jouer le rôle d'une pression. Il est résisté à cette pression soit par une sorte d'inertie, soit par une sorte de force ou action.

Le sommeil est une phase ou modification de la perception. La perception devant être représentée par une connexion intermittente -

La perception a deux conditions bien connues: 1. être éveillée = possible - une fois ses conditions extérieures réalisées -- 2. être disponible - c'est-à-dire non occupée ailleurs.

Le temps peut être regardé comme la sensation générale de la perception ou la perception de la perception lorsqu'il est observé lui-même [[ . Aj. marg. g.: Sensations Centrales ]].

L'espace résulte de la perception des substitutions de perceptions ou d'accommodations. On sent que l'on est ici et là ici ou là.

L'intensité de la sensation de temps - c'est-à-dire la durée dépend du maintien d'un élément fixe dans la perception - et prouve que cette fixité partielle est coûteuse -

L'intensité de la sensation d'espace - c'est-à-dire la distance ou la grandeur dépend de même d'un fixe - ce qui permet la correspondance du temps et de l'espace et la représentation de l'un par l'autre.

 

Le temps est comme la - pesanteur des perceptions - la durée étant le potentiel - les connexions se font dans le temps c'est-à-dire


Date de création : 20-04-2003