<- CNRS 3, p. 501

CNRS 3, p. 502

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 503-504 Index des Cahiers

$

Une perception - de sensation.

Un retentissement. associations irrationnelles. -

Une transformation - avec cycle ou non  attention.

*

Pour instituer même un simple parallélisme - une correspondance même grossière entre le physique et le conscient - il faut, au moins, faire subir un traitement spécial au conscient - le dépouiller - le simplifier - lui ôter sa particularité - lui substituer des états plus généraux -

Donc ce conscient doit se diviser, on doit y distinguer quelque chose de plus mental (ou représentatif) de quelque chose qui l'est moins.

         

Si je regarde surtout le marteau qui frappe - je le trouve actif, et le clou passif. J'anime le marteau - mais si - je regarde le clou, je le fais sentant. Si je regarde les deux je vois un système qui se déforme intérieurement

L'action = la réaction.

Le dessin est apprécié successivement et la musique par le simultané.

On dévide le contour et on enroule la mélodie. X Celui qui voit, développe, celui qui écoute, résume.

          *

Les "progrès de l'impiété" tiennent au grandissement de la passion des "idées claires".

) Pas de mémoire dans le réflexe régulier. La mémoire étant, dans la partie libre du système, l'analogue d'un réflexe - l'institution d'un réflexe. Dans cette partie libre toute intervention ou demande provoque un retentissement. (

< La mémoire est le système de réflexes mentaux disposé par les événements et enrichi à chaque instant par les réflexions. >

*

Un mot suffit à déchaîner la tempête de colère -Donc il y avait un potentiel - un équilibre instable -

Mais il peut arriver que ce potentiel soit ou faible,  -------

 A. Rat.: intérieurs

ou  enchaîné. Alors le mot cause surprise d'abord - temps A. pendant lequel le mot cherche le potentiel de proche en proche.


Date de création : 20-04-2003