<- CNRS 3, p. 500

CNRS 3, p. 501

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 502 Index des Cahiers

$

Réel et imaginaire (suite)

Les problèmes sont - celui de la réduction au réel - celui du passage du réel à l'imaginaire et sa critique - celui du précisément ou du grossissement.

Réel = Présent = actuel   ou    -

et comparaison (ou assimilation d'accommodation) avec la sensation.

Ce qui n'est pas traduit - connu c'est-à-dire reconnu. Pouvoir

Les images - le discours n'ont de valeur et de sens que par référence à ce domaine sensation. C'est par la réalisation.

 

Mais la réalisation a 2 formes très différentes:

1° A fait mental actuel est fait extérieur. Cette image est arbre, cheval etc.

2° A fait mental est aussi existant en tant que mental que B sensation.

En dehors de toute ressemblance, A est quelque chose.

Dans les 2 cas l'idée de traduction, de signe est écartée, niée - mais dans (1) elle l'est en confondant les 2 membres d'une traduction.

Dans (2) elle l'est en supprimant la correspondance et en observant simplement à la suite, les événements (que l'on rend ainsi homogènes).

Dans (1) la réalisation s'opère en étendant plus ou moins les images jusqu'à exciter le physique et en les intensifiant, de façon à s'approcher des impressions que donnerait l'accommodation externe - c'est-à-dire les sensations - le Monde extérieur -

 

Quant au domaine imaginaire il implique les axiomes suivants:

1° un phénomène quelconque peut exciter un phénomène quelconque (  ) et dans le 2ème phénomène il peut exciter une partie si cette partie peut entrer dans une série de phénomènes différents.

2° Etant appliqué à un domaine réel un système de notations, on suppose - qu'à toute déformation de l'expression trouvée, un certain domaine doit correspondre.

 

Une relation est imaginaire, quand on suppose qu'elle n'est pas entièrement donnée ou définie par les données présentes.


Date de création : 20-04-2003