<- CNRS 3, p. 233

CNRS 3, p. 234

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 235 Index des Cahiers

$

L'indépendance relative de la perception et des sensations est un fait mal connu. Elle existe. Ainsi cette observation que la même vision unie - contient des parties mal accommodées et une région nette - par suite de la diversité de la rétine, montre que dans le même instant, dans la même espèce, et la même intensité il y a une diversité

Le monde physique est celui des sensations et perceptions nettes. Tout ce qui est et demeure confus ne lui est pas attribué -

La perception liée à la direction -

il y aurait trois états typiques - l'état externe l'état interne, tous deux nets et uniformes - 3° l'état confus ou informe -

*

 

Quand je danse, ou me remue, ma pensée ne danse pas - jusqu'à une certaine vitesse - La tête tourne.

 

*

Ma fonction - chose, conception, signe, symbole, composante humaine - plus puissante que l'organe et la cellule des médecins et que la faculté des psychologues - vraie ici et là, formelle et significative - chemin de tout l'être et aussi chemin d'un acte -

 

*

Penser - faire reparaître les fonctions dans le domaine où elles s'accommodent provisoirement - instablement - Instabilité comme caractère de la pensée

 

*

La littérature est faite de sens commun - C'est pourquoi je la traite durement - Une image (métaphore) est une accommodation nouvelle.

 

*

La pensée doit être à la merci de la moindre intervention - un être à états stables serait à la merci des autres et des moindres accidents -


Date de création : 20-04-2003