<- CNRS 3, p. 492

CNRS 3, p. 493

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 494 Index des Cahiers

$

Le Problème de la traduction de la musique -

Sans ajouter, sans employer d'images accessoires changeables.

...Les parties simultanées d'un morceau symphonique sont intéressantes à examiner au point de vue de l'attention.

 

Cette résolution implique que la perception de sous successifs accommodée aux mouvements cachés -

*

Il y a une sorte d'inertie chez les êtres vivants - mais cette inertie varie par périodes - L'attention est une modification (négative) de cette inertie générale - Tel le muscle qui est ou relâché complètement ou prêt à la contraction, ou contracté.

L'inertie d'une corde abandonnée, ou celle de la même tendue n'est pas identique.

Les excitations sur le vivant tendent à produire des réponses les plus directes c'est-à-dire à se satisfaire par voie réflexe.

O mes délices formelles! moments où je ne ressens que l'ordonnance, où je ne vois que complètement où tout le possible s'anime et se poste, - moments où l'instant se dissout, où le réel se réduit - où s'arrête ce qui allait être pour se montrer ensemble avec tout ce qui pourrait être.

*

Possible -

en Puissance -

Dans toutes les notions de cette espèce et celles de vouloir on implique 2 domaines ou mondes - agissant l'un sur l'autre moyennant une intervention - l'action et la réaction étant suivant les cas, égales ou inégales.

[Croquis.]

Ainsi: Domaine verbal opposé à Domaine sensible

   Domaine image  -   -    Domaine acte

   Domaine image  -   -    Domaine réel

 

Et on implique aussi des "personnages" tels que moi ou intervention.

Lorsque l'événement (son arrivée) ne dépend plus que d'un autre événement tel que le 1er ne s'exprime pas en fonction de l'autre il est en puissance.


Date de création : 21-04-2003