<- CNRS 3, p. 482

CNRS 3, p. 483

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 484 Index des Cahiers

$

Ce qui n'est pas moi - devenir moi.

*

Parole intérieure - devenant extérieure, quoi de plus?

Des résistances? L'air, enjeu?

Ce phénomène double, cette transformation est admirable.

Phénomène étrange de l'extériorisation - une incarnation.

Tantôt on interprète comme distance, déplacement, tension du bras et direction la convergence et la direction oculaire - Tantôt (ici-) on franchit un seuil imperceptible et dès lors l'air vibre.

< Alors pourquoi ne pas supposer que la conscience la plus simple est à son tout un dépassement? >

Parole intérieure et signification - logique

La parole intérieure n'est la voix de rien - Le chant et musique silencieux.

Comment est-elle entendue? - Comment écrire rationnellement cette différence singulière?

La parole extérieure ne diffère de la secrète que par des fonctions qui s'associent et se coordonnent à elle - l'alourdissant de leur inertie et de leurs résistances passives, mais l'assujettissant à leur monde plus ardu et solide - plus lié.

Toute parole extérieure se réduit à une parole intérieure en faisant ces fonctions auxiliaires = 0. C'est une projection.

Mais inversement toute parole intérieure ne peut devenir extérieure. Tel chant pur et hardi dans le nul - je ne puis le chanter dans l'air.

... Peut-être, un secret d'artiste, celui de la réalisation est de ne pas bondir dès l'idée aux muscles, aux mots - mais progressivement, syllabifier, dénominer, dessiner, articuler sourdement - peu à peu ébranler le système pondérable, - s'élever au réel.

Maintenir aussi tant que possible, libre, le mécanisme qui engrène l'image aux signes, les signes aux actes extérieurs - -

Continuité.


Date de création : 21-04-2003