<- CNRS 3, p. 476

CNRS 3, p. 477

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 477-478 Index des Cahiers

$

Le rêve et la pensée éveillée sont de même substance - mais diffèrent par l'adaptation et par le nombre de dimensions.

En particulier ils diffèrent en pouvoir. La distinction de "mondes" correspondants (en quoi consiste le pouvoir) varie du rêve à la veille.

L'interprétation des sensations et des images dans le rêve se fait linéairement, sans user de passages par une autre dimension, sans négliger, sans inhiber certains développements sans raccourcir.

Dans la veille on joue en quelque sorte de la réalité et de l'irréalité (apparences) des impressions et des idées -

Réaliser, irréaliser sont possibles à chaque instant - c'est-à-dire tel objet est placé dans tel espace avec telles liaisons - entraînant telles réponses - ou dans tel autre -

Dans la veille donner et retenir est valable.

*

Quelle honte - Ecrire, sans savoir ce que sont, langage, verbes, métaphores, changements d'idées, ni la durée du morceau, ni le moment de sa fin, à peine pourquoi et pas du tout comment; sortir de l'enthousiasme seulement comme il se dégonfle...

*

Les planètes ne décrivent point d'ellipse exacte, ni la terre n'est un solide de révolution;

L'instrument ne suit pas la chose dans sa particularité - il demeure en deçà ou au delà - dans sa perfection obligée.


Date de création : 21-04-2003