<- CNRS 3, p. 473

CNRS 3, p. 474

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 475 Index des Cahiers

$

Pour moi j'appelle philosophie tout ce qui est recherche de pureté dans les éléments, ordre, rigueur, prolongement de l'ensemble, volonté dans le dessein et maintien de volonté,-

*

Souffrance - Je n'ai pas un coin où être seul, pas une chambre personnelle, ni une heure pure de bruit, de soucis, de loisir sans l'idée de devoir changer d'occupation. J'envie le prisonnier qu'une cellule préserve et qui dans elle est propriétaire du temps, de l'espace et de la continuité. Pas de silence, de suite, de profondeur sans argent, pas de noblesse sans calme.. Et quant je suis près d'en crier et d'en gémir, au milieu de la torsion et de la rage ou au fond de l'attendrissement et du froid que cette incessante contrariété de ma tendance me fait subir, je pense toujours à la sottise de ma tendance et de ma souffrance, à la vanité de cela que j'aurais fini par concevoir si j'avais eu la paix et le recueillement. J'ai peur d'y attacher une importance plus niaise que la méditation n'eût été puissante [[ . Var. sup.: lucide ]].

Enfin n'y a-t-il pas une circonstance ridicule dans ce malheur qui consiste à ne pouvoir jouir de soi-même et à ne pas être exaucé lorsqu'on n'avait rien demandé d'extérieur que le négatif?

*

  Hypnose - Surfixation   Monde extérieur    Travail effectué

Douleur - Extase, fixation    surexcitation         Antagonismes

  Furor poeticus                            Travail ressenti

  Travail (2) Attention               [Croquis.]

  Lucidité, être prêt à..., tonus

  Etat ordinaire, - échange   états périodiques

  hypotonus                 machinal

aboulie  battement

         défaillance   Sommeils

                        rêves -

         perte de connaissance


Date de création : 21-04-2003