<- CNRS 3, p. 469

CNRS 3, p. 470

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 471 Index des Cahiers

$

Dans toute civilisation paraît un homme préposé aux Choses Vagues. Il les entretient, les ordonne autant que cela est possible, les munit de règlements, de méthodes, d'incantations, de régularité - pompe, mètres, symboles, exercices "spirituels".

C'est le prêtre - le poète - le maître des cérémonies intimes - ou le démagogue ou le héros. Le temple est bâti sur le nuage mais le nuage se reforme sans cesse. Ils ne sont pas solides - mais en revanche ils sont éternels. Toute attaque les dissipe mais nulle ne les détruit.

*

Il faut se rendre compte du temps et du courant. Et malgré l'insupportable sentiment, la nausée maritime du roulis - ) que provoque la certitude d'être mené où on ne veut pas aller, entraîné ou opposé ou les deux, malgré soi - il faut faire le point - Je sens ces antagonismes terriblement - jusque dans le langage qui me semble odieusement imposé - jusque dans mes sensations et singulièrement - le temps, le temps perdu, les autres - etc..

*

Etre éveillé c'est pouvoir percevoir certains points de repère.

Le même travail que fait le navigateur selon le sextant, l'heure du bord et les tables - tu le fais mystérieusement selon tes instruments et tes documents vivants, à l'égard des choses, qui deviennent repères, planètes, Chronomètres, mesures.

*

Ecriture et Solitude.

*

Si l'homme civilisé - c'est-à-dire tenu loin du danger et du besoin - ne reçoit ou ne se donne une forte discipline, c'est une loque - et regarde autour de toi.

L'homme est quelque chose qui doit être façonné, forgé, sculpté, - ou par des circonstances qui l'éveillent incessamment ou par le vouloir ou par une autorité. Hors de là, c'est une loque.


Date de création : 21-04-2003