<- CNRS 3, p. 467

CNRS 3, p. 468

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 469 Index des Cahiers

$

Le regard immobile du désespéré qui mesure un événement par son désespoir et l'annule. Il est accommodé à quelque distance si grande ou si courte que tout l'intervalle est aboli, imperçu.

*

Soit un certain champ visuel 0 dans lequel sont des rouges différents r1 r2.. rn.

Soit aussi n champs distincts dans chacun desquels soit un des rouges r.

Dans un quelconque de ces champs substituons rq à rp et soit    la variation de l'impression du champ. Il y a un ensemble infini R d'éléments colorés - tels que   soit toujours < que si on substituait à rq un élément des ensembles infinis colorés autres que R. Cet ensemble R est le rouge, en général.

On peut refaire un raisonnement un peu plus délicat pour le voisinage des limites de R.

Finalement le concept rouge se forme ainsi au moyen du classement d'un ensemble coloré de par 1° grandeur d'un changement relatif à un champ, 2° situation dans une échelle d'éléments, d'un élément.

Le concept "rouge" est donc la relation possible et uniforme entre une sensation et une classe ou organe variable accommodable - relation réglée et simplifiée par la liaison irrationnelle de cette classe et de ce choc avec un phénomène autre et volontaire, le nom.

) On pourrait dire dans certain sens - Les rouges - sont identiques étant séparés (ou dans des champs différents) et différents quand ils s'avoisinent. (


Date de création : 21-04-2003