<- CNRS 3, p. 460

CNRS 3, p. 461

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 462 Index des Cahiers

$

La conscience tendant à la coordination est un état d'incoordination

Elle contient donc toujours une "proposition négative".

Elle a lieu pendant le temps qu'une certaine partie du système nerveux se modifie pour une coordination -

et réciproquement le temps serait une perception particulière de l'état de résistance d'inertie, dans les parties entre elles -- leur nombre appelé, aussi -

Le temps perception de l'état de coordination - et de rotation.

Le simultané est l'obéissance de p variations à 1 variation indépendante

Le temps = contraste.

Le temps, élasticité d'un état ou d'une perception donnée.

 

le simultané: à p excitations correspond 1 seule accommodation

                c'est toujours l'attribution de p à 1. 1 = instant.

 

Nature des images - la voix intérieure est entendue - comme elle est prononcée.

La couleur intérieure vue comme elle est produite - en deçà des sens.

*

Ce sont des conditions de continuité qui seules donnent au "temps" l'aspect inrenversable.

La mémoire n'est pas une remontée mais une redescente après un bond "en arrière".

Comment se fait le bond? par voie irrationnelle.

La mémoire est de même sens (continu) que les événements.

Mais comment définir ce sens? -

D'abord il est en quelque sorte le même que celui de nos actions.

Ensuite, étant donnée une suite A -- P on voit qu'elle se décompose toujours en éléments tels que ceux-ci ont eux-mêmes un sens - En effet toute sensation est inrenversable - Le son O

Ce sont les sensations musculaires qui donnent l'irrenversabilité.


Date de création : 21-04-2003