<- CNRS 3, p. 459

CNRS 3, p. 460

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 461 Index des Cahiers

$

Le souvenir déterminé est une vraie lecture sur une image "formelle" restituée -

*

Quel est mon pouvoir sur ma pensée?

*

L'attention durée de la dépendance entre des faits de conscience et des volitions, - et un fait de conscience, qui sert de modèle,

*

Ce que l'homme ne dit jamais, ne veut pas dire - ne peut pas dire - c'est - ce qu'il montre le plus souvent - l'insignifiance, "l'inexistence" de sa pensée - On tend à ne retenir que l'exceptionnel. La conversation la plus vaine, toute dans l'absence, dans l'automatisme, est terriblement prétentieuse.

*

L'homme n'a qu'un moyen de donner l'unité à un ouvrage: s'interrompre - et revenir -

*

Toute image mentale est encadrée de sensations.

*

Observation -

Types mathématiques

Schèmes anatomo-histologiques -

La conscience à l'état le plus élémentaire est la matière d'un jugement particulier négatif: A n'est pas B.

Les organes symétriques des sens sont ordonnés pour donner une image une et composée. Cette image-unité est possible par la variabilité réciproque des 2 organes - on ne perçoit pas les différences de phase d'un son - Mouvements ensemble

Comment se combinent les 2 images - Soit A un point extérieur -

A1 son image sur l'image 1; A2 sur l'image A2 - on a A1=A2.


Date de création : 21-04-2003