<- CNRS 3, p. 450

CNRS 3, p. 451

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 452 Index des Cahiers

$

3/1/05

De ces travaux que je viens de me donner, ce qui me reste: l'idée de la complexité de toute connaissance - La plus simple demande un monde de relations = et un certain chemin.

*

La différence et la ressemblance (en général) de 2 choses implique que les 2 choses puissent d'une certaine manière entrer dans un monde ou ensemble plus riche, dans une sorte d'espace où la différence fait voir un chemin - et où la ressemblance annule un chemin...

*

La géométrie de Descartes réduit tout aux points (tandis que l'ancienne faisait les points, des figures comme les lignes, les plans etc.).

Chaque point entraîne alors tout un système par lequel ce point peut être discerné des autres points

Cette géométrie est en quelque sorte la sublimation, l'essence de notre structure en parties variables qui s'accommodent.

 

- Quant à la différence psychologique réelle de 2 choses quelconques - elle nécessite un rapprochement - simultanéité ou succession immédiate - ou presque -

Ce rapprochement, étudié de près, est la clef de la question.

Dans l'intérieur d'un petit temps - nous pouvons percevoir la "distance" ou différence des perceptions - Dans cette zone - la différence de perceptions est une perception. Et de plus cette différence perçue est perçue obscurément mais perçue comme un mouvement.

La différence la plus générale est un mouvement intérieur. Les différences moins générales (2 sons, 2 couleurs) sont plus complexes. Alors les mouvements sont entre eux comme rationnels et il y a tentative pour exprimer une des choses par l'autre - ou un des mouvements par l'autre.


Date de création : 21-04-2003