<- CNRS 3, p. 449

CNRS 3, p. 450

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 451 Index des Cahiers

$

La connaissance en tant qu'additivité de la conscience.

*

Concepts. Considérons l'irrationnelle A - B -

A phénomène quelconque (signe -)

B signification B est d'abord une image bien déterminée (tel son, maintenant, là -)

On observe que A et (A,B) demeurant constants, B peut subir des variations - non toutes les variations possibles car il en est qui détruiraient (A,B) mais certaines - pour lesquelles (A.B) demeure constant

L'ensemble de ces variations permises est le concept - Mais il faut observer de plus que cet ensemble soit tel qu'entre 2 quelconques de ses valeurs il y ait toujours un chemin rationnel.

*

Ce bruit me fait tressaillir avec idées craintives - Mais si j'ai vu en même temps la cause, pas d'idées.

Ce bruit avait couru aux idées les plus dangereuses et aux tressaillements de défense, après avoir atteint un lieu d'où toutes les idées sont possibles. Mais ce lieu étant restreint par la vue, alors idées pures, froides.

*

La logique ne fait peur qu'aux logiciens.

*

Je ne suis pas fait pour les romans ni les drames - les grandes scènes, les colères, passions, moments tragiques, loin de m'exalter me paraissent de misérables éclats, des états rudimentaires où toutes les bêtises se lâchent - l'être se simplifie, jusqu'à la sottise, il se noie au lieu de nager dans les circonstances de l'eau.

Je ne lis pas dans les journaux - ce drame sonore, ces événements qui font palpiter tout coeur, - où me conduiraient-ils sinon au seuil de ces problèmes abstraits où je suis déjà tout entier situé -


Date de création : 21-04-2003