<- CNRS 3, p. 434

CNRS 3, p. 435

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 436 Index des Cahiers

$

3/4 d'heure de promenade grise, à pas lents, abstraite, remuant de la logique et de l'ordre; le ciel couvert, pourpre, cuivre dans les arbres dont le vert se meurt ici, là insensiblement; l'or se généralise dans la vapeur toujours un peu plus froide - - - je me déplace, endormi et suivant des idées claires; le concept: ce qui peut être attaché à un signe et entrer dans m combinaisons distinctes.

*

Tout ce qui est "social" est transcendant - et presque tout le transcendant est social - Divinité, justice, culpabilité etc. - ce qui explique que ces choses soient incompréhensibles - et si faciles à détruire par l'homme seul - Le moi les nie et le nous les restitue.

*

Ce n'est pas l'amour de l'humanité qui pousse le penseur - c'est son amour-propre c'est-à-dire l'amour de ceux qui peuvent le comprendre - le suivre - c'est aussi la furie de se diviser de l'humanité. Tout homme qui s'avance, tend à couper les routes - et s'il publie le chemin qui l'a conduit à son haut point - alors il cache le chemin du chemin.

*

La justice, le droit, sottises inconsistantes dans mon esprit - Mais il suffit que tu possèdes la même sottise et elle se change en utilité.

*

La métaphore c'est l'informe - l'état fluide.

*

Données immédiates - celles dont l'observation semble tenir à elles - qui ne semblent pas [[ . Var. sup.: dont on n'est pas sûr ]] indépendantes de l'observation.


Date de création : 21-04-2003